L'ORIGNAL

Blog de lesscorpionsdeouarzazate :Les Scorpions de Ouarzazate, L'ORIGNAL

L’orignal n’a qu’un i. Il serait original s’il en avait deux. Ce qui n’a aucun rapport avec notre propos de ce jour.

Prenons un orignal d’origine et coupons-le en deux. Nous obtenons deux demis orignaux, tout comme le cheval avec lequel nous obtenons une deux chevaux.

Recollons les deux morceaux de l’original sans les mélanger avec ceux du cheval, ce qui serait extrêmement fâcheux pour la véracité de notre exposé.

Que voit-on alors ?

Un animal original, certes, mais encore ? Observons-le de plus près.

Il vous lèche immédiatement la figure et bave sur vos lunettes, ce qui ne simplifie pas l’observation.

Reculons d’un pas et nettoyons nos lunettes. Que voyons-nous alors ?

Rien.

Nettoyons mieux nos lunettes. Que voit-on ?

Des bois.

Car l’orignal a des bois, comme les autres propriétaires terriens. Observons les bois de plus près. Que voyons-nous ?

Des bois. En effet.

Un peu tordus cependant.

Essayons donc de détordre les bois. Il s’avère qu’une fois en l’air, propulsés avec force par les bois en question, il devient très délicat d’arriver à les maintenir suffisamment pour pouvoir les détordre.

Laissons donc les bois tels qu’ils sont et l’animal se calme immédiatement.

L’orignal flotte-t-il ?

Oui, lorsqu’il est sur un bateau. La gravure rupestre ci-dessus le prouve sans contestation possible.

La femelle de l’orignal se nomme la femelle de l’orignal. Ce qui, reconnaissons-le humblement, est original. Le charmant couple s’accouple et le bébé ainsi conçu est nommé bébé orignal, ce qui est également  original en soi.

Les scientifiques spécialisés dans l’étude de l’accélération des particules ne connaissent généralement pas l’orignal. Ils ne peuvent donc pas en parler, ce qui est regrettable.


Notre prochaine étude portera sur l’accouplement du mâle rhino avec la femelle céros.